G 2 chap 3 sur 4 Dynamiques des espaces productifs

+14

No comments posted yet

Comments

Slide 1

Géographie, thème 2 Chapitre 3 : les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation Introduction : La France est la 5ème puissance économique mondiale, avec un PIB estimé à 2555 milliards de dollars (1980 milliards d’euros) en 2010. Cette richesse repose sur des espaces productifs, c’est-à-dire des lieux où on crée des biens et/ou des services. Ces espaces productifs sont largement intégrés à une économie mondialisée, c’est-à-dire concurrentielle et en perpétuelle évolution. Dans quelle mesure ces espaces productifs se sont-ils adaptés à la mondialisation ?

Slide 2

Un territoire de l’innovation : Paris-Saclay (étude de cas)

Slide 3

Un territoire d’innovation… Intro p 144 et doc 4 p 145 : pourquoi peut-on parler d’un « territoire d’innovation » ?

Slide 4

Doc 4 p 145 : le choix de l’Etat d’y implanter plusieurs écoles ou centre de recherche prestigieux (école polytechnique, CEA, INRA, …) a amorcé une dynamique qui a fait du plateau de Saclay un puissant technopôle où se côtoient grandes écoles, centres de recherches publics et privés.

Slide 5

Au passage, si vous êtes en mal d’inspiration pour vos études, vous pouvez en trouver en cherchant à quoi correspondent tous ces sigles : il n’y a ici que des gens sérieux !

Slide 6

Doc 13 p 149 : Situé à une trentaine de km de Paris, le campus de Saclay abrite 9200 à 12 000 (4 p 145…) chercheurs ou enseignants. Pourtant, à l’échelle des grands campus internationaux, il n’a rien d’exceptionnel.

Slide 7

B) … auquel l’Etat cherche à donner un second souffle Dans le contexte de la métropolisation, l’Etat a souhaité rendre ce campus encore plus puissant.

Slide 8

cluster-paris-saclay.fr Une montée en puissance… Le campus va accueillir 7 nouveaux établissements d’enseignement prestigieux et la totalité de l’université Paris 11. A terme, il comptera 47 000 étudiants et 17 000 chercheurs.

Slide 9

…directement pilotée par l’Etat Pour gérer cette mue, un Etablissement Public géré par l’Etat a été créé.

Slide 10

Docs 5 p 146 et 10 p 148 : montrez qu’on a là 2 échelles différentes

Slide 11

D’autre part, malgré les efforts manifestes du département de l’Essonne pour aménager au mieux le site, l’Etat a souhaité prendre les choses en main :

Slide 12

Le campus s’intègre dans une d’une Opération d’Intérêt National, dont le territoire passe outre les limites de départements (2) ou d’EPCI (6)

Slide 13

L’objectif est de créer un « cluster », c’est-à-dire un ensemble d’une taille suffisante pour exister au niveau international. Le terme de « Silicon Valley à la française » a même été employé.

Slide 14

Cet OIN constitue le cœur du pôle de compétitivité à vocation mondiale « Systém@tic » (doc 7 p 147)

Slide 15

Cet aménagement montre à quel point les territoires de l’innovation sont essentiels pour la France dans un contexte de mondialisation et de métropolisation. Cet aménagement est aussi un contre-exemple de politique décentralisée : l’Etat juge ici que les enjeux sont trop lourds pour laisser les collectivités territoriales les gérer !

Slide 16

Schéma de synthèse : Un territoire de l’innovation de premier plan aux portes de Paris Les caractéristiques d’un technopole Paris à une trentaine de km… Des espaces verts nombreux tout autour… Le plateau de Saclay est vu par l’Etat comme l’endroit idéal pour accueillir des grandes écoles de la capitale (X) et des centres de recherche publics (CEA) et privés (Thalès) Généralisation : On a ici une localisation très classique, « au vert », qu’on retrouve partout dans le monde (Tsukuba près de Tokyo, route 128 à l’écart de Boston, etc…)

Slide 17

Une bonne connexion aux axes de communication autoroutes RER : Paris-centre à 30 minutes Aéroport d’Orly (Roissy est aussi accessible par RER) TGV : gare à Massy, 1,4 million de passagers par an Généralisation : Cette bonne intégration est évidemment indispensable à tout territoire de l’innovation, il faut aussi penser aux réseaux de transport d’information : le très haut débit est évidemment de rigueur ici

Slide 18

2) Un territoire de l’innovation renforcé et étendu par la volonté de l’Etat l’arrivée de nouvelles écoles (Centrale, par exemple) le périmètre de l’Opération d’Intérêt National permet une expansion du site en direction de Versailles-Saint Quentin, autre espace d’innovation (technocentre Renault notamment) nouveau métro pour desservir le site Généralisation : Là c’est difficile, car cette dynamique est très spécifique et unique en France

Slide 19

3) L’objectif : créer un cercle vertueux du dynamisme L’amélioration des capacités d’innovation doit permettre : l’amélioration du rayonnement mondial … d’où l’attraction de nouveaux investissements… d’où création d’emplois directs et induits et amélioration de la richesse de la région et du pays permettant de développer de nouvelles capacités d’innovation… Généralisation : Les objectifs sont en revanche les mêmes que pour tous les autres territoires de l’innovation, à des échelles plus modestes.

Slide 20

PARIS Haute vallée de Chevreuse (Parc Naturel) Vers Roissy, Vers réseau TGV Nord et Sud Vers Tours, Rennes, Nantes, Bordeaux Innovations Investissements (Le monde) Aéroport de Paris-Orly Schéma : Un territoire de l’innovation : Paris-Saclay Versailles

Slide 21

La partie suivante n’est plus au programme, elle reste dans le cours pour mémoire, mais il ne faut pas l’apprendre II) Les espaces de production agricole en lien avec les marchés européens et mondiaux Si elle ne représente que 4 % de l’emploi et 2% du PIB, l’agriculture reste un objet d’étude géographique fondamental, puisqu’elle occupe 54% du territoire national. Le but ici n’est pas de parler de l’agriculture en général mais de l’agriculture qui est fortement intégrée aux marchés européens et mondiaux

Slide 22

Une production concentrée sur certains secteurs et très intégrée

Slide 23

Les productions exportées… Par ses productions végétales (céréales, vin, sucre) et animales (porc, bœuf, poulet), la France est un important exportateur de produits agricoles, et est au premier rang européen pour de nombreuses productions

Slide 24

2) …proviennent surtout d’un nombre restreint de de régions Doc 2 p 161 : quels sont les espaces qui exportent ?

Slide 25

Les espaces qui exportent sont :

Slide 26

-les espaces de grande culture : Beauce, Brie, Picardie et Champagne sont les principaux,

Slide 27

… mais on compte aussi beaucoup d’espaces de grande culture moins étendus ou de moindre production (ex : plaine de Caen, Limagne, Alsace, Landes, Camargue).

Slide 28

Les subventions de la politique agricole commune (PAC) depuis les années 1960 leur ont largement profité : le but était d’aider les espaces les plus adaptés à la grande culture à être modernes et performants.

Slide 29

-les vignobles AOC, de renommée internationale : il peut s’agir de vins de luxe (Champagne, Bordeaux, Bourgogne), à 1000 euros la bouteille, ou de vins beaucoup plus accessibles (Beaujolais, Banyuls). Château Latour (médoc) et vignobles du Beaujolais

Slide 31

-l’élevage intensif est largement concentré en Bretagne (doc 4 p 157)

Slide 32

A cela s’ajoutent un grand nombre de petites productions très renommées mais non cartographiables à l’échelle de la France (Fromage AOC comme le Roquefort par exemple)

Slide 33

3) Une agriculture fortement intégrée Au sein de l’agriculture, l’agriculture d’exportation est particulièrement intégrée à une filière agroalimentaire très organisée. Entre les activités en « amont » (avant l’agriculture, engrais, semences, prêts bancaires par exemple) et les activités en « aval » (après l’agriculture, comme la transformation ou la vente des produits), on estime que 20 % du PIB se rattache à l’agriculture

Slide 34

L’activité agricole en France est ainsi le « camp de base » de groupes de dimension mondiale, comme par exemple le groupe Doux, n°1 européen de la volaille (marque phare : Père Dodu)  Repérez les agriculteurs dans les chiffres clés du groupe Doux (dont 800 en France)

Slide 35

Voici d’autres chiffres pour Bonduelle, vous avez aussi l’exemple de Soldive dans le manuel, p 158)

Slide 36

Tous ces espaces sont en relation avec des infrastructures de stockage et de transport efficaces : Rouen est ainsi le premier port céréalier d’Europe (photo), et en Bretagne, les « porcs sont près des ports ».

Slide 37

Au final, l’agriculture et ses dérivés agro-alimentaires dégagent un excédent commercial de 9 milliards d’euros par an

Slide 38

B) Des défis économiques et environnementaux

Slide 39

Les espaces de grande culture : la fin d’un règne ? Premiers bénéficiaires d’une PAC qui incitait à produire, ils voient leurs avantages remis en cause : l’UE cherche désormais à aider au maintien de l’activité agricole. Ils sont aussi critiqués pour être trop gourmands en eau (maïs), trop polluants, et de dégrader les sols.

Slide 40

Les trajectoires contrastées des vignobles Les crus très cotés se vendent bien, le marché chinois constitue un important débouché. En revanche, les appellations moins prestigieuses souffrent de la baisse de la consommation et de la concurrence des vins des « pays neufs ».

Slide 41

La crise de l’élevage productiviste est multiforme Économique : agriculteurs endettés et baisse des cours Environnementale : trop de nitrates rejetés d’où de graves problèmes (algues vertes)

Slide 42

 Finalement, les espaces qui participent le plus à ces « 9 milliards d’excédents » sont très loin d’un fonctionnement « durable », sur les plans sociaux et environnementaux.

Slide 43

C) Des tendances nouvelles La recherche de la qualité Face à des producteurs mondiaux beaucoup moins chers, les agriculteurs tentent de plus en plus de proposer des produits à meilleure valeur ajoutée (blé de variété ancienne au lieu du blé standard, par exemple)

Slide 44

L’agriculture biologique Longtemps freinée par le puissant lobby agro-industriel, la France a pris un important retard en matière d’agriculture biologique et doit importer pour répondre à la demande ! Ce type d’agriculture est aujourd’hui pris au sérieux et est en plein essor, même si seulement 5% des exploitations sont en « bio ». Cependant, le bio exigeant plus de travail, il est peu probable qu’il soit compétitif à l’exportation…

Slide 45

La valeur de l’origine Pour valoriser leur production, les agriculteurs mettent en avant l’origine locale de leur production. Exemple : le pain 100 % gardois « Raspaillou »

Slide 46

II) L’évolution des logiques de localisation des activités en lien avec la mondialisation

Slide 47

L’exemple de PSA (Peugeot SA : Peugeot et Citroën depuis 1976)

Slide 48

La Peugeot 201 est la première voiture produite en grande série à Sochaux, dans des bâtiments construits pour l'occasion. Le site en produira près de 90000 de 1929 à 1937. Les usines de Sochaux en 1960. Fondée en 1810, l’entreprise Peugeot de sidérurgie travaille pour l’industrie horlogère du Doubs et fabrique des moulins de table. En 1891, Armand Peugeot fabrique sa 1ere voiture et en 1896 fonde les automobiles Peugeot.

Slide 49

L’usine de la Française de Mécanique, crée en 1969 à Douvrin par PSA et Renault pour la fabrication de moteurs. Pourquoi dans le nord ? A la fin des années 60, les houillères du Nord pas de Calais ferment successivement les puits d'extraction du charbon. = bassin de main d’ouvre important, incitation de l’Etat.

Slide 50

L’usine est inaugurée en 1961 par le Président de la République. L’Etat incite les entreprises à la déconcentration industrielle de Paris : c’est dans ce contexte que Citroën s’installe à Rennes en 1961

Slide 51

Aulnay: En 1973, Citroën trop à l’étroit sur les quais de Javel, développe cette usine en banlieue nord. Devient propriété de PSA après le rachat de Citroën par Peugeot en 1976 Poissy : En 1978, Peugeot en plein développement rachète Chrysler Europe et les usines SIMCA de Poissy

Slide 52

Créé en 1966, le centre technique de Vélizy est le principal des 4 centres de R&D de PSA qui regroupe 18000 ingénieurs et techniciens au sud-ouest de Paris (Saclay n’est pas loin !)

Slide 53

Plate-forme internationale logistique du Havre Véhicules sous housse sur un porte-voitures au Havre. Parc Citroën dans le port de Vigo (Espagne) GEFCO est une filiale de Peugeot créée en 1949 pour la distribution des produits Peugeot. Elle s’est développé en France, puis en Europe de l’Ouest dans les années 1980. Depuis la fin des années 1990, GEFCO s’implante en Europe centrale et orientale, en Amérique du Sud, en Afrique du Nord et en Asie.

Slide 54

Site internet Peugeot Brésil Présence de PSA dans le monde Publicité chinoise pour la 408, modèle créé spécifiquement pour le marché chinois

Slide 55

Sortie de chaîne des 1eres 207 de l’usine de Trnava en Slovaquie en 2006. L’usine produit 55 véhicules/heure à destination de toute l’Europe. L’événement est fêté en ville avec une grande parade (!)

Slide 56

- En 2011, Peugeot annonce la suppression de postes de R&D en France pour les délocaliser en Chine et au Brésil

Slide 57

Au final, que pouvez-vous dire de l’implantation de Peugeot et des dynamiques actuelles ?

Slide 58

Peugeot illustre les évolutions d’une entreprise industrielle : -une implantation dans les grandes régions industrielles françaises, résultat d’une stratégie conduite sur un siècle -une ouverture à l’étranger pour conquérir de nouveaux marchés mais aussi pour économiser sur les coûts de production, et une implantation en France qui ne progresse plus.

Slide 59

 Les logiques de localisation des activités ont changé et continuent de changer A) Les activités industrielles : une carte héritée du siècle passé

Slide 60

Carte murale scolaire des années 1930 : quelles logiques de localisation ?

Slide 62

Les logiques de localisation de l’industrie ont longtemps été liées : -aux ressources (sidérurgie près des gisements de charbon), -à l’abondance de la main d’œuvre bon marché -à la volonté des élites d’investir dans l’industrie. C’est la France située à l’est d’une ligne Le Havre-Marseille qui en a profité.

Slide 63

L’action de l’Etat au cours du XXème siècle explique : -l’essor de l’aéronautique à Toulouse -l’arrivée de l’industrie automobile dans l’Ouest peu industrialisé ou dans le Nord en reconversion -la littoralisation de l’industrie lourde dans de vastes ZIP (zones industrialo-portuaires), voir carte p 160.

Slide 64

Ex : la ZIP de Dunkerque, permet aux industries de transformer les matières premières importées (ici l’usine d’acier Arcelor-Mittal)

Slide 65

La dissociation spatiale des espaces de conception (centres de recherche) et espaces d’exécution (usines) se généralise à la fin du XXème siècle. Exemple : le technocentre Renault près de Paris conçoit mais ne fabrique pas.

Slide 66

B) Les logiques de localisation des activités industrielles aujourd’hui 1) La question des délocalisations De nombreuses industries de main d’œuvre (textile, par exemple) ont été délocalisées pour produire à moindre coût. Ce processus se poursuit aujourd’hui, participant à une « désindustrialisation » de la France : doc 1 p 163

Slide 67

On a longtemps considéré que les délocalisations ne touchaient que les emplois les moins qualifiés, mais ce n’est plus le cas :

Slide 68

Document : Les emplois de R&D se délocalisent aussi Par Marie Bartnik , le Figaro, 08/12/2011 Ce que les entreprises vont chercher à l'étranger, ce n'est pas avant tout le moindre coût. «Le but est plutôt de trouver des compétences», souligne El Mouhoub Mouhoud.   Longtemps, seuls les postes liés à la fabrication des produits étaient concurrencés par les pays à faible coût de main d'œuvre. C'est de moins en moins le cas. A la mi-novembre, PSA Peugeot-Citroën annonçait la suppression du plus de 4000 postes en France, dont la moitié dans la recherche et le développement (R&D). De quoi raviver les craintes, chez ses salariés, d'une délocalisation progressive de la conception des modèles, vers la Chine ou le Brésil. En 2008, Renault avait déjà mis en œuvre une stratégie similaire, et finalement renforcé ses effectifs de R&D en Roumanie. Parmi d'autres, Nokia, Archos, et peut-être bientôt Sanofi, n'hésitent pas à amputer leurs équipes de recherche en Europe. L'inquiétude n'est pas nouvelle. A partir des années 1990, la globalisation des activités de R&D a explosé. Le secteur de l'informatique, en particulier, en a fait les frais. Mais aujourd'hui, le phénomène s'accentue. «On entre dans une ère nouvelle de la mondialisation, où les entreprises adaptent plus finement la localisation de chacune des étapes de leur production, analyse Mathieu Crozet, économiste au Cepii. C'est un véritable changement de paradigme». Fini, selon l'économiste, la dichotomie entre emplois non qualifiés et délocalisables, et emplois qualifiés, à l'abri dans l'Hexagone. «Aujourd'hui, un employé qui fait le ménage est plus protégé qu'un salarié du secteur de la R&D», constate Mathieu Crozet. Les pays développés restent attractifs «De plus en plus de bureaux d'ingénierie sont contraints de délocaliser une part croissante de leur activité à l'étranger sous la pression de donneurs d'ordre. On a franchi, ces derniers mois, une étape supplémentaire. En 2009, il y avait eu peu de suppressions d'emplois dans l'ingénierie industrielle, sauf dans l'automobile. Cette fois, je crains des pertes sèches», observe-t-elle. Safran, notamment, aurait ainsi exigé de ses prestataires en R&D qu'ils diminuent leurs coûts de 10%. «C'est quasiment mission impossible sans délocaliser», constate Karine Leverger. Pour autant, ce que les entreprises vont chercher à l'étranger, ce n'est pas avant tout le moindre coût. «Le but est plutôt de trouver des compétences. C'est de la recherche d'excellence. Les sites les plus attractifs ne sont d'ailleurs pas les plus compétitifs en termes de coûts salariaux ou de fiscalité», explique El Mouhoub Mouhoud, auteur de Mondialisation et délocalisation des entreprises*. De fait, la très grande majorité des entreprises qui délocalisent leur R&D le font toujours dans les pays développés. El Mouhoub Mouhoud cite l'exemple du groupe Philips, qui a regroupé ses activités de recherche, en fonction de leurs spécialités, à Munich et à Oxford. Demande plus forte dans les PED La stratégie de PSA, cependant, relève d'un autre cas de figure. Comme pour Renault il y a quelques années, il ne s'agit pas d'aller chercher ailleurs un meilleur rapport efficacité-coût. Mais plutôt de s'implanter là où la demande est la plus dynamique. «L'industrie automobile localise ses sites en fonction des prévisions de croissance mondiale. Comme la voiture est un bien lourd, qui coûte cher à transporter, il faut installer les sites de production sur place. Les services de R&D jouent un rôle capital pour adapter le produit à la demande locale», explique El Mouhoub Mouhoud. Une stratégie qui n'est guère de meilleur augure pour les économies des pays développés. Car le secteur automobile n'est pas le seul à tenter d'aller satisfaire une demande plus dynamique dans les pays d'Asie ou d'Amérique du sud. Le déménagement, il y a quelques mois, de la direction de Schneider à Hong Kong illustre aussi ce phénomène. «Les entreprises s'implantent simplement là où la demande est la plus forte, et les emplois suivent. Tant qu'on aura une croissance de moins de 1% en France et de 10% en Inde, cette tendance ne s'infléchira pas», prévient l'économiste.

Slide 69

PSA a ainsi prévu de délocaliser une partie de ses activités de recherches dans des pays où la demande est plus dynamique, afin de mieux satisfaire cette demande, et donc pas seulement pour faire des économies sur les coûts salariaux. Pourtant, les délocalisations ne sont pas une fatalité de pays riche :

Slide 70

2) Les éléments clés pour attirer ou maintenir l’activité Exemple de Toyota Valenciennes : pourquoi le choix de ce site ?

Slide 72

Comme toute entreprise, Toyota a privilégié : -la qualité du réseau de communication et la position au cœur de la zone centrale européenne -la présence de main d’œuvre qualifiée

Slide 73

Les pôles de compétitivité visent à regrouper entreprises, formation, et recherche d’un même secteur afin d’atteindre une taille suffisante pour être visibles au niveau international (« cluster ») et donc attirer des investissements.

Slide 74

Financés par l’Etat, ils symbolisent une politique qui se veut volontariste

Slide 75

Cependant, il doit aussi y avoir une volonté des dirigeants de maintenir la production, et cela suppose : -la recherche de la qualité pour rentabiliser le coût de la main d’œuvre (ce que fait très bien BMW, mais beaucoup moins bien Renault…)

Slide 76

-l’acceptation d’une rentabilité à un seul chiffre (textiles Bleuforêt basés dans les Vosges) alors que les actionnaires veulent souvent plus…

Slide 78

-les « relocalisations » (2 p 163) doivent être considérées avec prudence : ce ne sont pas les anciens salariés qui sont repris…

Slide 79

C) Les dynamiques de localisation des activités tertiaires en lien avec la mondialisation

Slide 80

Services et commerce se sont massivement développés à proximité de leur clientèle et de la main d’œuvre, c’est-à-dire dans les villes, avant de prendre pour certains une dimension mondiale, comme par exemple Carrefour (voir dernier chapitre, la France dans le monde) L’activité touristique s’est développée en fonction des ressources importantes du territoire (mer, neige, patrimoine,…) et de l’action de l’Etat (création des stations du Languedoc, par exemple) Cette activité est un atout important de la France dans la mondialisation, elle fera l’objet d’une partie dans le dernier chapitre de géo

Slide 81

Certaines activités du tertiaire sont aussi concernées par les délocalisations, comme les renseignements téléphoniques, les services clients, la vente en ligne…

Slide 82

D) Les villes métropolisées, acteurs clés de l’implantation des activités industrielles et tertiaires haut de gamme (Où l’on reparle de la métropolisation)

Slide 83

Google installe une partie de sa R & D en France Par Marie-Catherine Beuth , le Figaro, 06/12/2011 Sur 10.000 m², sis dans l'ancien siège de la Compagnie des chemins de fer Paris-Orléans, le site réunit les équipes commerciales du moteur de recherche mais aussi un centre de recherche et développement et l'Institut culturel de Google. 350 personnes -majoritairement des commerciaux- y travaillent actuellement. De nombreux ingénieurs viendront étoffer ces effectifs, qui devraient atteindre 500 personnes en 2012. L'acquisition du siège, l'installation du centre de R & D et de l'Institut culturel représentent un investissement total de 100 millions d'euros, indique Google. Pendant sa visite, le président Sarkozy s'est enquis du parcours et de l'origine des ingénieurs qui forment l'actuelle équipe parisienne de Google. Cette dernière travaillera sur la recherche et la découverte de vidéos sur YouTube, sur le navigateur Chrome et sur des projets d'applications autour des données publiques ouvertes (open data). D'autres centres de recherche et de développement en Europe explorent d'autres services de Google. Le groupe américain compte ainsi un important centre à Zurich, en Suisse, fort de 700 collaborateurs, ainsi qu'à Londres et en Europe du Nord.

Slide 84

L’exemple de l’installation de Google à Paris montre que les dynamiques de localisation des activités sont liées à la métropolisation. Ce n’est pas par hasard que l’Ile de France attire 28 % des investissements entrant en France ! Autrement dit, être bien connecté aux réseaux de communication et avoir une main d’œuvre qualifiée ne suffit pas pour certaines fonctions, il faut être en mesure d’offrir toutes les caractéristiques de la ville mondiale concernant la politique, l’économie, la culture, les infrastructures.

Slide 85

Les choix de l’Etat concernant les pôles de compétitivité illustrent cette tendance : seules 2 villes ont plusieurs pôles de compétitivité mondiaux, Lyon (2) et Paris (4)

Slide 86

Croquis de synthèse : Dynamiques de localisation des activités en France et mondialisation

Slide 87

Océan atlantique Mer Méditerranée Manche Espagne Italie Suisse Allemagne Luxembourg Belgique Paris Rouen Toulon Nice Grenoble Lyon Nancy Strasbourg Montpellier Avignon Marseille Toulouse Bordeaux Saint-Etienne Clermont- Ferrand Nantes Tours Rennes Lille Valenciennes Douai

Slide 88

Les activités de production face à la mondialisation : une dynamique de maintien ou de régression Des grands sites historiques de la production industrielle dont les logiques de localisation sont hérités du XXème siècle. Forte exposition à la concurrence internationale Le Nord-Est industriel : pas assez d’investissements d’où la persistance d’une dynamique de déclin Des zones industrialo-portuaires fonctionnant avec des matières premières importées Délocalisations touchant les activités de production et aussi certaines activités de conception industrielle

Slide 89

Océan atlantique Mer Méditerranée Manche Espagne Italie Suisse Allemagne Luxembourg Belgique Paris Rouen Toulon Nice Grenoble Lyon Strasbourg Montpellier Avignon Marseille Toulouse Bordeaux Saint-Etienne Nantes Tours Rennes Clermont- Ferrand Nancy Lille Valenciennes Douai Europe centrale, Turquie, Asie Maghreb

Slide 90

2) La montée des espaces de conception et d’innovation s’appuie sur la métropolisation Les principales métropoles concentrent le tertiaire supérieur (banques, assurances, expertise) dans leurs quartiers d’affaires Les pôles de compétitivité mondiaux confirment le pouvoir des principales métropoles. Territoires de l’innovation souvent implantés dans des parcs technologiques en périphérie Grand nombre de pôles de compétitivité secondaires Investissements attirés par les métropoles et leurs territoires de l’innovation (île de France : 28 % des investissements reçus) Paris

Slide 91

Océan atlantique Mer Méditerranée Manche Espagne Italie Suisse Allemagne Luxembourg Belgique Paris Rouen Toulon Nice Grenoble Lyon Strasbourg Montpellier Avignon Marseille Toulouse Bordeaux Saint-Etienne Nantes Tours Rennes Clermont- Ferrand Nancy Lille Valenciennes Douai Europe centrale, Turquie, Asie Maghreb Firmes multi-nationales des autres pays riches

Slide 92

Conclusion : L’insertion dans la mondialisation est synonyme de changements importants dans le fonctionnement et les dynamiques de localisation des activités. L’Etat cherche à accompagner ces changements, à faire en sorte que les activités soient en mesure de faire face à la concurrence internationale. Mais cet accompagnement est souvent incomplet, et l’évolution permanente de la mondialisation crée chaque mois de nouveaux défis.

URL:
More by this User
Most Viewed